Fusions-acquisitions entre CVS et Aetna et Amazon et Whole Foods

Fusions-acquisitions entre CVS et Aetna et Amazon et Whole Foods

22 août 2018 Non Par Sébastien Dartois

Les accords de fusions-acquisitions entre des sociétés comme CVS et Aetna et Amazon et Whole Foods testeront ce que signifie créer de la valeur dans les affaires aujourd’hui, ainsi que si de tels accords fournissent de la valeur pour les consommateurs.

Que nous apprennent ces récentes fusions ?

L’achat récent d’Aetna pour 69 milliards de dollars par CVS Health, une pharmacie de détail et une société de soins de santé basée aux États-Unis, met en évidence la multitude d’ententes conclues au cours des derniers mois entre des entreprises qui ne sont pas en concurrence directe les unes avec les autres. Souvent appelés fusions verticales, ces opérations sont motivées par une certaine forme de valeur commune. Dans le cas de CVS et d’Aetna, ils avaient déjà travaillé ensemble.

Avant la fusion d’Aetna et de CVS, les deux sociétés avaient un contrat ensemble, une chose qu’ils devront examiner maintenant est de savoir s’ils feront de meilleures affaires dans le cadre de la fusion que lorsqu’ils venaient d’avoir un contrat ensemble. Il y a beaucoup d’opérations de ce genre qui se produisent et ils ont beaucoup à nous apprendre sur le processus des fusions par opposition aux partenariats. Lors de l’acquisition d’Aetna, CVS a pris en charge environ 8 milliards de dollars de dettes de l’entreprise, ce qui porte la valeur totale de la transaction à 77 milliards de dollars. C’est ce qu’indique un résumé de l’accord rendu public par CVS, qui affirme que la fusion formera le “nouveau leader dans le domaine de la santé.

“La fusion proposée de CVS et d’Aetna mettra à l’épreuve ce que signifie aujourd’hui créer de la valeur dans les affaires “, poursuit M. Gomes-Casseres. “Les actionnaires peuvent y gagner, mais les consommateurs y gagneront-ils ? Le ministère de la Justice établira une jurisprudence importante en traitant de cette fusion verticale. Et, au bout du compte, les consommateurs apprendront si ce genre de fusion est, littéralement, bon pour notre santé.”

De quand date cet engouement pour les fusions verticales ?

Rien qu’en 2017, il y a eu une série de transactions très médiatisées entre des entreprises bien connues. Dans le cadre d’une acquisition d’actions, Walt Disney a déménagé le 14 décembre pour acheter la Rupert Murdoch’s 20th Century Fox de Rupert Murdoch pour 52,4 milliards de dollars. Mais il s’agit d’une fusion horizontale entre deux entreprises de divertissement qui se concurrencent directement l’une contre l’autre. Elle peut être contestée par le DoJ américain au motif qu’elle viole les lois antitrust, qui constituent un énorme problème dans les fusions horizontales. Les considérations antitrust peuvent également être soulevées dans les fusions verticales. La tentative actuelle d’AT&T d’acheter Time Warner pour 85 milliards de dollars est contestée par le DoJ dans le cadre d’une poursuite antitrust, même si AT&T travaille principalement dans la distribution et Time Warner se concentre sur le contenu. Mais le gouvernement n’a pas réussi à contester une fusion verticale depuis des décennies. L’inquiétude avec la fusion AT&T et Time Warner, dit Gomes-Casseres, est de savoir si elle conduira à une exclusivité, à un favoritisme abusif, ou si elle aboutira à un choix restreint du consommateur ou à une réduction de la qualité du service. Un autre exemple de fusion verticale en 2017 a été l’achat par Amazon de Whole Foods Market pour 13,7 milliards de dollars, où la distribution goliath prévoit de révolutionner la façon dont les consommateurs achètent leurs aliments. Amazon est l’exemple parfait d’une entreprise qui se lance dans toutes sortes d’industries non compétitives, engloutissant un fournisseur important et en mettant toute l’industrie sur sa tête.

L’industrie de la santé craint qu’Amazon n’entre sur son marché. Selon les médias, certains pensent que la motivation de CVS Health pour l’acquisition d’Aetna est née de la crainte qu’Amazon s’apprête à empiéter sur son industrie.

Une chose est certaine : Les fusions verticales ne disparaîtront pas de sitôt dans le paysage des entreprises.